MOM Éditions

  • Akh purattim 2

    Collectif

    Akh Purattim ou « les rives de l'Euphrate » est une des expressions utilisées au xviiie siècle av. J.-C. pour désigner le royaume de Mari, qui s'étendait de la confluence du Khabour au verrou de Baghouz, actuellement à la frontière syro-irakienne. La série ainsi dénommée, précisée par son sous-titre « Mémoires d'archéologie et d'histoire régionales interdisciplinaires », est destinée à devenir le point de rencontre des recherches historiques, archéologiques, épigraphiques ou archéométriques sur la région, en faisant en priorité appel aux travaux engagés par les diverses missions, françaises (Mari, Terqa...) et étrangères, en particulier pour la publication de leurs rapports préliminaires. Mais le titre peut également être pris dans une acception géographique beaucoup plus vaste et héberger des études qui s'intéressent le plus largement possible au rôle de cette confluence dans le jeu syro-mésopotamien tout au long de l'Antiquité.

  • Née dans un cadre scolaire, conçue à l'origine comme un instrument de formation et d'instruction de la jeunesse, la déclamation, qui n'était d'abord qu'un moyen, suscita un tel engouement qu'elle devint aussi très vite une fin en soi : si l'on déclamait au départ pour apprendre à parler, on déclamera bientôt pour le plaisir de déclamer ; le genre oscille donc entre instruction et distraction des élites. Par les jeux intertextuels et génériques qu'elle instaure avec d'autres productions littéraires, par les liens qu'elle tisse avec son contexte juridique, politique et social, la déclamation a été un élément essentiel de la vie culturelle antique, fonctionnant parfois comme une sorte de laboratoire des idées et des formes. Les textes ici réunis prennent en compte la déclamation antique, aussi bien grecque que latine, de Sénèque le Père jusqu'aux déclamateurs de la Troisième Sophistique, et au-delà, dans une perspective croisée permettant de mieux comprendre comment la déclamation a pu être - et rester - pendant près de deux millénaires la norme de toute culture supérieure, concourant à la transmission des valeurs, esthétiques, éthiques, juridiques, politiques, et à la fabrique des élites.

  • Akh purattim 3

    Collectif

    Akk Purattim, ou « les rives de l'Eupkrate », est une des expressions utilisées au xviiie siècle av. J.-C. pour désigner le royaume de Mari, qui s'étendait de la confluence du Khabour au verrou de Baghouz, actuellement à la frontière syro-irakienne. La série ainsi dénommée, précisée par son sous-titre « Mémoires d'archéologie et d'histoire régionales interdisciplinaires », est destinée à devenir le point de rencontre des recherches historiques, archéologiques, épigraphiques ou archéométriques sur la région, en faisant en priorité appel aux travaux engagés par les diverses missions, françaises (comme Mari et Terqa) et étrangères, en particulier pour la publication de leurs rapports préliminaires. Mais le titre peut également être pris dans une acception géographique beaucoup plus vaste et héberger des études qui s'intéressent le plus largement possible au rôle de cette confluence dans le jeu syro-mésopotamien tout au long de l'Antiquité.

  • Akh purattim 1

    Collectif

    Akh Purattim ou « les rives de l'Eupkrate » est une des expressions utilisées au xviiie siècle av. J.-C. pour désigner le royaume de Mari, qui s'étendait de la confluence du Khabour au verrou de Bagbouz, actuellement à la frontière syro-irakienne. La série ainsi dénommée, précisée par son sous-titre Mémoires d'archéologie et d'histoire régionales interdisciplinaires, est destinée à devenir le point de rencontre des recherches historiques, archéologiques, épigraphiques ou archéométriques sur la région, en faisant en priorité appel aux travaux engagés par les diverses missions, françaises (Mari, Terqa...) et étrangères, en particulier pour la publication de leurs rapports préliminaires. Mais le titre peut également être pris dans une acception géographique beaucoup plus vaste et héberger des études qui s'intéressent le plus largement possible au rôle de cette confluence dans le jeu syro-mésopotamien tout au long de l'Antiquité.

  • Ce quatrième ouvrage de la série « Conquête de la steppe » présente de nouvelles études d'archéologie, de géoarchéologie et d'anthropologie issues d'un important programme de prospection de la zone steppique de la Syrie centrale à l'est de Hama, qui s'est déroulé de 1995 à 2010. Les périodes dont il est question ici vont du PPNB à l'époque contemporaine (VIIIe millénaire av. J.-C.-xxie s. ap. J.-C.). L'adaptation de l'homme à l'environnement est abordée du point de vue de l'acquisition et du stockage de l'eau en milieu aride, grâce aux citernes pluviales, et à travers deux études de cas : celle d'un village du PPNB et celle de deux années pluviométriques extrêmes. Une partie des articles (céramique, monnaies, monuments religieux) éclaire d'un nouveau jour la définition du territoire régional, durant l'Antiquité et par la suite. Des questions de topographie historique sont aussi abordées grâce à la publication de nouvelles inscriptions. Enfin, plusieurs contributions concernent les formes de l'habitat, aussi bien les résidences luxueuses des propriétaires terriens (des époques omeyyade et contemporaine) que les villages byzantins et les processus de sédentarisation à l'époque contemporaine.

  • Quelles sont les relations entre les deux genres complexes, variés et changeants que constituent les romans grecs anciens et la poésie, épique, lyrique, dramatique, d'époque archaïque, classique, hellénistique ? Ce recueil de dix-sept articles, issus d'un colloque tenu à Nice en 2013, ouvre à nouveaux frais ce dossier. Au-delà des influences et intertextualités, quatre domaines sont étudiés : lien entre images et figures poétiques et romanesques ; jeux de références, lectures, réécritures ; effets de rythme et jeux de structure ; roman comme poésie et poésie comme roman. Chaque aspect fait l'objet d'approches à la fois théoriques et appliquées, présentant un état des lieux critique et proposant des perspectives renouvelées, voire des interrogations originales. Sont ainsi abordés l'évolution de la prononciation du grec à l'époque impériale, le rapport description/narration et l'ekphrasis , la métaphore et la fiction, la relation des romanciers anciens à la tradition rhétorique voire scolaire, le roman épique ou tragique et la poésie romanesque, ou encore les liens avec la littérature latine. Enfin, ce sont les relations entre théorie littéraire contemporaine et réflexivité ancienne, ainsi qu'entre littérature générale et philologie classique, qui sont ici réinterrogées.

  • Les nécropoles de l'ancienne Kition (sous la ville moderne de Larnaca) ont fait l'objet de nombreuses fouilles depuis le xixe siècle : aux recherches d'antiquités ont succédé des fouilles d'urgence, sans qu'aucune exploration toutefois n'ait pu se faire de façon programmée, avec les méthodes de l'analyse stratigraphique et anthropologique. Entre 2012 et 2014, la mission archéologique de Kition a conduit des fouilles systématiques dans une des nécropoles de l'âge du Fer de la ville, au lieu-dit Pervolia. Programmée dans le cadre d'une étude générale de la topographie urbaine à l'âge du Fer, cette fouille a permis de conduire une étude exhaustive, à la fois à l'échelle du site (occupation diachronique de l'espace) et à celle de la tombe (architecture, cycle d'utilisation, pratiques funéraires). Les résultats de ces travaux occupent la majeure partie de ce volume, que complètent la publication du matériel de tombes découvertes lors de fouilles plus anciennes sur le même site et celle des fouilles d'urgence réalisées par le Département des Antiquités de Chypre en 2012 dans une autre nécropole de la ville, au lieu-dit Tourapi. Le volume est dirigé par Anna Cannavò, Sabine Fourrier et Alexandre Rabot, en collaboration avec Anna Satraki pour la publication des fouilles de Kition-Tourapi. Plusieurs spécialistes ont bien voulu apporter leur concours : Fabien Belhaoues, Rémi Corbineau, Nathalie Delhopital, Nathalia Denninger, Lluis Garcia Petit, Armelle Gardeisen, Anna Georgiadou, Evangéline Markou, Maria A. Socratous et Prisca Vareilles. Les archives scientifiques de la fouille de la mission à Kition-Pervolia sont consultables en libre accès sur le portail chypre.mom.fr, développé par Bruno Morandière (MOM).

empty