Média 1000

  • « Il n´y a pas de mal à se faire du bien ! » Prenons deux jeunes couples : Gilles et Sophie d´un côté, Léa et Dany de l´autre. Ils ont trente-cinq / quarante ans, se connaissent depuis toujours, partent en vacances ensemble, aiment le sexe par-dessus tou

  • Didier doit recruter des servantes pour son auberge... Les candidates sont nombreuses et peu farouches. Il a du mal à faire son choix... Et paye beaucoup de sa personne pour tester leurs aptitudes à satisfaire les clients les plus exigeants. A table, comme au lit... Voilà qui est à l'origine de nombreuses péripéties sexuelles plus insolites les unes que les autres. On se demande parfois jusqu'où iront ces coquines pour obtenir les faveurs de leur futur employeur. Certaines n'hésitent pas à se faire accompagner par leur fille... ou par leur mère, afin qu'elle leur donne un petit coup de main. Ou de langue, vu qu'elles l'ont bien pendue, et très agile... Ne parlons pas de leurs seins ou de leurs fesses, ni de leur " petit minou " ? Tout, en elle, je dis bien tout, ne demande qu'à se rendre agréable à la future clientèle et au patron actuel de l'auberge.

  • Très attirée par un joueur de rugby italien reparti dans son pays, Leslie souhaite le retrouver. Ses recherches l´amènent à fréquenter les « membres » du club local. Marie-Laure, la femme du résident, lui promet son concours et, en attendant, l´introduit

  • Avant de devenir une quadragénaire épanouie, Mélanie était déjà une belle plante. Elle avait ce qu'il faut, où il faut, et n'en était pas avare. Secrétaire de direction, il n'y en avait pas une comme elle pour aider un PDG surmené à trouver un moment de détente. Une perle ! Signalons en passant une particularité de Mélanie : elle était très velue du minou. Ses patrons raffolaient de son buisson ardent ! Comment aurait-elle jamais imaginé qu'elle enviendrait à se raser la touffe pour séduire de jeunes voyeurs excités sur une plage naturiste ? Elle qui se croyait destinée aux vieux amateurs de toison bien fournie se aux rayons du soleil et aux regards ardents de ses jeunes admirateurs. A trente-cinq ans, elle vire sa cuti et se transforme en ogresse exhibitionniste...

  • Mais voilà qu'un soir, après un dîner très arrosé avec un copain, ils se retrouvent à regarder à trois un film de cul à la télé ! Aurore (c'est son nom) est au milieu... Sans l'avoir vraiment décidé, les mains commencent à s'égarer. Surprise ! Aurore n'est plus tiède du tout ! Elle est même rudement chaude ! D'où l'idée de son ami : et si on renouvelait l'expérience ? Grâce à Internet ? Il suffirait de prendre des photos coquines d'Aurore, de les exhiber sur un site, et d'attendre les " contacts "... qui ne se font pas attendre. Hypocrite, Aurore feint de ne consentir à ses " turpitudes " que pour plaire à son ami. Mais l'appétit vient en mangeant. Et sur Internet, le menu est très riche en viande (ou en chair) ! Qu'attendez-vous pour vous connecter ?

  • Odette et Anne-Lise, deux jeunes professeurs, vont passer leurs vacances dans les Cévennes. Des amis ont découvert un site archéologique sur leurs terres. Toute une bande de jeunes écervelées rappliquent pour faire des fouilles. Mais nos deux amis ne vont pas tarder à découvrir qu'on ne fait pas que fouiller la terre chez Joseph et Irène, les maîtres de céans. Il doit y avoir dans l'air quelque chose de sulfureux, car Odette, hétéro comme pas une, se découvre un goût singulier pour les " fouilles sexuelles " entre filles. Anne-Lise et elle ne sont pas les seules à se livrer à ces cochonneries. Jeux de douches, jeux de bouches, chassés-croisés dans les chambres, exhibitions, fessées à cul nu... tout le répertoire va y passer. Et figurez-vous qu'un jeune ingénu qui voulait devenir prêtre à l'idée saugrenue de venir ici pour se recueillir !

  • Dans cette confession, Alice M. nous raconte comment elle est devenue ce qu'elle appelle sans mâcher ses mots une "fière salope". Disons, une femme vicieuse, pour ceux qui ont besoin qu'on leur mette les points sur l'i du verbe aimer.

  • Igor et Carole Popiesco forment un couple d'affreux pervers. Ils se sont spécialisés dans la formation sexuelle des oies blanches. Lesquelles oies ne restent pas longtemps blanches entre leurs mains. Voici que Betty, une jeune Anglaise, se présente chez eux pour y être initiée à la... séduction ! Avouez qu'il y en a qui cherchent le bâton ! Et quel bâton ! Elle ne va pas tarder à en voir de toutes les couleurs, cette idiote. Ainsi, quand arrive Stéphane, un de leurs anciens élèves, masochiste à tous crins, qu'ils ont dressé comme un chien, c'est en chien, justement, qu'ils vont le traiter... Et devinez quelle chienne ils lui offriront ? Et maintenant, si on faisait un peu de gymnastique ? Dans une tenue très indécente ? Dans la salle de sport où l'on a invité quelques spectateurs triés sur le volet ? Cette jeune Anglaise est décidément bien soumise. Pourquoi ne pas en faire une soubrette ? Avec un petit tablier, un très petit tablier... Devinez un peu où est caché le dessert que mangeront les invités à la fin du festin ?

  • Etudiante, en subissant une visite médicale, la jeune Isabelle découvre sa vocation à l´occasion des plaisirs honteux qu´elle éprouve à se soumettre à des examens humiliants. Paradoxalement, une fois médecin, c´est elle qui fera subir

  • Nous vivons dans une époque libérée, rares sont encore de nos jours les hommes qui exigent d'épouser une jeune fille vierge. Fanny R. a eu le malheur de tomber sur un de ces attardés. Nous ne vous raconterons pas de quelle façon " ignoble " il se vengea de sa déconvenue en obligeant sa jeune épouse à des " jeux à trois " ou à quatre de plus en plus pervers... et pour comble de malchance, Fanny R. devint aussi la proie de son beau-père... Il y a des filles qui n'ont vraiment pas de chance...

  • Pour décrocher un contrat bien juteux, les pratiques les plus déloyales sont souvent employées, et des dirigeants de société très "dynamiques" n'hésitent pas à mobiliser tous les atouts (et tous leurs atours) mis à leur disposition par un personnel féminin un peu trop... dévoué. On enseignera donc à certaines secrétaires particulièrement coquines à satisfaire les clients les plus exigeants. Et pour commencer, à se montrer très accomodantes... avec certains membres (hum...) du personnel masculin de l'entreprise. Ai-je besoin de vous faire un dessin ? Est-ce vraiment nécessaire ?

  • Louise Baron, vicieuse quadragénaire, s'en donne à coeur joie dans cette petite ville de province.?Elle aime bien offrir, et de la plus scandaleuse des façons, les appas de son corps plantureux à de jeunes blancs-becs qui ont du mal à en croire leurs yeux... pour commencer. Dans cette ville, les pervers de tous âges et de tous sexes ne chôment pas. On s'y ennuie tellement que les coquineries sont la distraction la plus courue. Vilains loubards humiliant et profanant des bourgeoises parfumées, fausses ingénues offertes par leurs amants à de louches tenanciers de bar, dans des arrière-salles glauques, où l'on joue leurs charmes juvéniles aux cartes... J'en passe, et des pires !

  • Marianne, la quarantaine épanouie, plaît aux hommes - à son mari, ainsi qu'à tous les autres. Et comme son mari adore la voir prendre son pied avec un autre, ou tient à ce qu'elle lui raconte ses plaisirs par le menu, tout roule... D'ailleurs, Marianne, qui a besoin de faire du sport, roule à vélo en compagnie de Jeannot, le meilleur ami de son mari... elle pratique aussi la pétanque, la natation, la randonnée... et toujours un homme la colle par-derrière pour l'assister... avec la complicité du mari.
    L'auteur de ce récit n'est pas un écrivain professionnel. En 2007, à la suite d'un pari, il avait décidé de livrer au public un document brut sur sa vie conjugale. Et ce fut L'Épouse libertine. On peut constater que sa vie conjugale est toujours aussi mouvementée. Hervé Gratiano est un pseudonyme ; pour des raisons faciles à comprendre, l'auteur a préféré ne pas signer de son vrai nom.

  • « Bonjour, madame. Je viens étudier votre comportement sexuel... » Supposons que vous soyez étudiant, et que vous vouliez écrire une thèse sur « les comportements sexuels déviants ». Au lieu de compulser des tas de livres ennuyeux à la B.N., vous avez id

  • Ce livre numérique compile trois romans de soumission sexuelle parus aux éditions Media 1000 : L'Inquisiteur, La Servante asservie et Dressage d'une secrétaire.

  • Ce livre numérique compile trois témoignages d'infidélité sexuelle parus aux éditions Media 1000 : Il me prêtait son épouse perverse, Elle s'est offerte à nous devant son mari et Ma Femme aime beaucoup que je la prête à mes amis.

  • Greg est irrésistiblement attiré par les formes opulentes des femmes en âge d'être sa mère. C'est ainsi qu'il fantasme comme un malade sur sa prof de français. Les copines de son âge ne le laissent pas indifférent, il " s'amuse " volontiers avec ; mais, comment dire, elles n'ont pas ce qu'il recherche dans une femme. Cette maturité, cette plénitude charnelle qu'elles n'acquièrent qu'autour de la quarantaine. Eh bien, voyez comme le hasard fait bien les choses, une voisine, Aline, qui pourrait être sa mère, renifle en lui ce désir inavoué. A-t-elle surpris certains regards sur sa chute de reins ou sa poitrine bien en chair ? Toujours est-il qu'après l'avoir attiré chez elle sous un prétexte, elle entreprend de faire son éducation sexuelle, d'une façon très poussée. Ne laissant aucun chapitre du corps de la femme inexploré. Là-dessus, le père de Greg, divorce, et le voici nanti d'une " deuxième mère " qui n'a que la trentaine... Puis c'est la prof de français qui se décide à son tour. Comme on dit, notre ami n'est pas sorti de l'auberge... Et ce n'est pas " L'Auberge de l'Ange gardien ". Nenni, amis, nous ne sommes pas ici chez la bonne Comtesse...

  • Savez-vous ce qu'est le dogging ? Supposez qu'une voix féminine vous invite sur votre portable à vous rendre en pleine nuit sur le parking d'un supermarché... Est-ce une plaisanterie ? A tout hasard, vous y allez. Quand vous arrivez, une dizaine de voitures, phares allumés, en entourent une dans laquelle une femme se déshabille...
    Frédéric Mancini, l'auteur de ce récit, aime se promener la nuit dans les quartiers isolés. C'est au cours d'une de ses déambulations qu'il a rencontré les adeptes du dogging ; et qu'il est devenu la proie des singulières filles d'Eve qui pratiquent ce nouveau jeu érotique.

  • Ce roman compile les trois titres érotiques Media 1000 suivants : Jeux d'une insoumise, Comment je suis devenue dominatrice, Confessions d'un homme dressé.

  • Ce roman compile les trois titres érotiques Media 1000 suivants : C'est à Tahiti que j'ai perdu mon pucelage, On m'a initiée à toutes les perversions, J'ai été initiée par un couple pervers.

  • Etre fétichiste, c'est avoir une obsession pour un élément que d'autres ne remarqueraient même pas, et être dévoré par une passion maladive pour ce bout de chair ou de tissu... C'est ce qui arrive au narrateur, qui, dans son enfance, éprouve une fascination maladive lorsqu'il voit l'employée de maison de ses parents se déshabiller en toute innocence. Ce qui le trouble le plus pourtant, ce n'est pas qu'elle se mette nue devant lui, mais plutôt qu'elle fasse glisser les fermetures-éclair qui parsèment généreusement ses vêtements. Sa fascination est décuplée lorsqu'elle lui propose, quelques années plus tard, pour des jeux tout sauf innocents, de descendre ces mêmes fermetures-éclair. Dès lors sa vie est une quête éperdue de ce plaisir que personne ne peut vraiment comprendre : descendre une fermeture-éclair ou la remonter, pour dévoiler la chair d'une femme, plaisir volatile par essence, et que seulement de rares partenaires peuvent accepter et comprendre...

  • Quoi de plus banal qu'un photographe qui gagne sa croûte en faisant des portraits dans une station de sport d'hiver? Ce qui l'est moins, c'est l'idée qui germe dans sa tête : chercher par voie d'annonces des modèles féminins pour des clichés coquins. Quelle est la femme honnête qui n'a pas rêvé d'être un mannequin d'un soir? Il s'en trouve à la pelle, des femmes mariées qui, pour pimenter leurs soirées par des aventures extraconjugales, offrent leurs corps aux éclairs bleutés de son flash. Et à ses mains baladeuses. Fin psychologue, il leur extorque sur l'oreiller leurs secrets les plus intimes. Cela devient vite une obsession, et nombreuses seront celles qui déverseront leurs turpitudes dans son oreille attentive. Voici donc un dossier de récits immoraux et de fantasmes sulfureux qui feront pâlir d'envie plus d'un obsédé du sexe dit fort. La vraie parité, la voici, mes amis !

  • Le lycée Sainte-Marguerite est un sacré repaire de grands cochons et de petites cochonnes. Alexandre, le « Renifleur », a réussi à un examen. Pour fêter ça, Jenny, une gothique bien en chair, lui propose une gâterie spéciale dans les toilettes. Elle sait

  • Jeune chinoise, Jenny débarque à Neuilly pour devenir une petite bonne dans une résidence de standing. Le jour, elle découvre la face cachée des locataires excentriques, obsédés sexuels pour la plupart. Elle s'aperçoit bien vite que les tâches ménagères ne riment pas toujours avec des corvées fatigantes, au contraire, et que les pauses coquines y sont vivement encouragées. La nuit, sous les toits, avec ses copines venues comme elle d'horizons lointains, pas question de s'endormir sur ses lauriers : Jenny reçoit la visite de ces messieurs en quête d'aventures extraconjugales épicées, quand ce ne sont pas leurs épouses qui s'y mettent aussi. A force de se dévouer corps et âme, Jenny va devoir s'imposer et fixer les règles de ces jeux érotiques. Et quand une chinoise pas farouche se laisse aller à ses caprices, un vent de folie sexuelle ne tarde pas à souffler à tous les étages.

empty