Le Manuscrit

  • Le troisième numéro de la revue de recherche-action de l'association UP for Humanness propose un ensemble d'analyses de chercheurs et d'acteurs de terrain concernés par les questions de spiritualité(s). S'appuyant sur leurs formations, expériences et convictions complémentaires et variées, ils abordent le Spirituel à travers l'angle international, politique, sanitaire, éducatif ou encore celui de l'entreprise. La spiritualité y est traitée à la fois dans sa dimension philosophique et religieuse mais aussi dans le vécu concret de chacun et dans son rôle dans la construction de la société. Vous y découvrirez des contributions inédites de Ghaleb Bencheikh, Dominique Potier, Pauline Bebe, Valentine Zuber, Éric Fiat...

  • Qu'est-ce que le projet « De Bouche à Oreille » ? Il s'agit de rendre possible la rencontre entre des jeunes de diverses écoles d'une part, et des seniors d'autre part : précisément dix seniors juifs qui ont survécu à l'extermination nazie, et souhaitent témoigner de cette expérience indescriptible auprès des générations suivantes. Dix témoins de la « Catastrophe » donc, dix enfants cachés ayant vécu la Shoah, s'impliquent dans un véritable travail de transmission de mémoire, en faisant oeuvre de pédagogie avec des élèves d'une classe de 3e du collège Le Segrais, à Lognes. Ils évoquent leurs souvenirs avec leurs mots, leurs intonations, leurs gestes, leurs regards, et ainsi ils parviennent à dire l'indicible. À leur écoute, les jeunes gens et jeunes filles sont bouleversés, et deviennent des passeurs de mémoires en mettant par écrit les itinéraires de vie de ces survivants ; puis ils raconteront cette histoire à leur tour à leur famille, et plus tard à leurs enfants et petits-enfants. Ainsi, à travers cette rencontre, se tisse un lien intergénérationnel entre les élèves et les témoins de la Seconde Guerre mondiale. Le projet « De Bouche à Oreille » recèle non seulement une dimension historique, mais au-delà une dimension citoyenne et civique. Il semble plus que jamais nécessaire de montrer aux élèves ce sur quoi peuvent déboucher les discours d'exclusion, de haine, de rejet de l'autre qui malheureusement ressurgissent et se renforcent ces dernières décennies.

  • Albert Cohen publie en 1938 un roman intitulé Mangeclous, tiré, dit-il, de l'énorme manuscrit de Belle du Seigneur pour faire plaisir à sa fille et aux éditions Gallimard qui attendent depuis huit ans la suite de Solal. Dans ce roman, rabelaisien par bien des aspects, les Valeureux, cousins céphaloniens du personnage principal, vivent une vie faite de chimères et d´initiatives souvent catastrophiques. Dans ce livre hanté par l´approche du second conflit mondial, Albert Cohen développe un humour sans frein qui ne sera égalé dans aucun de ses autres livres. Jamais le roman Mangeclous n´avait fait l´objet d'une étude spécifique. Il fallait combler cette lacune.

  • Le deuxième numéro de la revue de recherche-action de l'association UP for Humanness propose un ensemble d'analyse de chercheurs et d'acteurs de terrain spécialistes des questions d'inclusion et du thème essentiel de la Vulnérabilité. Découvrez la richesse de leurs témoignages et prises de recul à la veille d'une crise de l'emploi vertigineuse et dans une période où l'inclusion se doit d'être pensée ou repensée de façon globale.

  • Le lecteur d'Albert Cohen est assez vite frappé par la multiplicité des références à la folie dans l'oeuvre. Pathologies diverses, folie prophétique du personnage principal, folie amoureuse, folie du monde, lyrisme échevelé et goût oriental de la grandeur et du travestissement : la folie est partout. Cohen, lui-même lecteur et admirateur de Freud, se livre à une psychopathologie de la vie quotidienne de ses personnages et nous conduit de l'appréhension clinique des comportements (narcissisme, mégalomanie, délire de persécution, scarifications, pulsions suicidaires) à une vision plus symbolique de la folie, carnavalesque au sens de Bakhtine ou prophétique au sens de Neher. Les articles qui composent cet important dossier (C. Stolz, B. Bohet, D. Poizat, M. Decout, M. Davies, A. Jean, C. Quint, A. Schaffner), nous invitent à une promenade dans les différents aspects de ce motif récurrent dans l'oeuvre, mais jamais exploré en tant que tel. Ce numéro comporte également une étude sur « Cohen et les moralistes » (C. Brochard) et sur les rapports entre « Corps et société » dans son oeuvre (G. Dolléans).

  • Cet ouvrage, proposé par Serge Klarsfeld, réunit huit textes sur le camp « C », ou « camp juif », de Royallieu, un faubourg de Compiègne à 75 kilomètres au nord de Paris. Ils viennent ajouter leur voix - jusqu'alors restées confidentielles - à celles précédemment publiées dans la présente collection : la réédition enrichie du Camp de la mort lente de Jean-Jacques Bernard et les deux volumes exceptionnels et inédits du Journal d'un interné de Benjamin Schatzmann. Grâce à ce nouveau volume, le chercheur, l'étudiant ou l'honnête homme, pourra compléter sa compréhension des terribles conditions d'internement des Juifs dans ce camp de représailles nazi, sous autorité de l'armée allemande.

  • Les Cahiers n°16 rendent hommage au travail très complet d'analyse de Norman Thau sur l'oeuvre d'Albert Cohen. Mis en perspective par des spécialistes dans différents domaines, ces cahiers se focalisent sur la problématique identitaire juive chère à Albert Cohen. Le temps de six études, Jérôme Cabot, Jack Abecassis, Isabelle Enderlein, Patrick Sadrowski, Anne-Laure Milceut et Renata Jarzebowska-Sadkowska rendent compte de cette identité utopique impossible, "catasrophique". Ce véritable dilemme qui questionne le juif d'occident, soulignant l'impossible dualité cohénienne, à travers ses personnages romanesques et son enfance, un véritable voyage au coeur de la judéité sans cesse réaffirmée de cet auteur exceptionnel.

  • Visages d'Albert Cohen

    Collectif

    « Visages d'Albert Cohen » : le titre de ce treizième numéro est un clin d'oeil amical, autant qu'un hommage reconnaissant, au livre de Denise Rachel Goitein-Galpérin (1922-2011) : Visage de mon peuple (Nizet, 1982) qui fut, pendant près de vingt ans, la seule grande synthèse littéraire sur l'auteur de Belle du Seigneur. Sur des thèmes variés (le sionisme, les Lumières, le corps, les figures de la maternité, le picaresque, le « nouveau roman »...), une dizaine de chercheurs explorent ici l'oeuvre d'Albert Cohen en prolongeant et renouvelant ces travaux pionniers. Ce volume, initialement paru en 2003, a été revu et augmenté d'un témoignage de Charles Galpérin et d'un article de Denise R. Goitein-Galpérin elle-même sur les rapports entre Albert Cohen et André Spire.

  • Depuis Amsterdam, Berlin et Paris, Etty Hillesum, Charlotte Salomon et Hélène Berr rêvaient de se réaliser en tant que femmes à travers l'amour, et en tant qu'artistes à travers l'écriture, la peinture et la musique. De ces promesses de vie et de créativités qui leur ont été confisquées à l'âge de tous les possibles, trois oeuvres magnifiques ont néanmoins émergé de leur nuit. Elles nous parlent de dépassement de soi par l'art, par la foi, par l'engagement, mais elles portent aussi la parole mémorielle de tous les autres partis sans laisser de trace. La vie qui était en elles triomphe ainsi du silence et de l'oubli et sillonne désormais le monde par-delà les langues, les religions et les âges grâce à l'implication sans réserve d'hommes et de femmes s'exprimant dans ce volume. Leurs interventions contribueront donc à offrir en partage, notamment à la jeune génération, l'héritage humain et artistique de ces trois jeunes femmes aux destins bouleversés par l'Histoire. Cette rencontre éphémère à travers leur oeuvre le temps d'un colloque, nous permet enfin de rester fidèles à la promesse faite et d'espérer l'inscrire dans une parcelle d'éternité.

  • L'oeuvre de Pierre Michon, contemporain majuscule, rencontre un public toujours grandissant. Mais alors que
    l'importance du sacré y est manifeste, elle n'avait encore jamais été étudiée pour elle-même. C'est à quoi s'attache
    cet ouvrage, parcourant les différents textes de Pierre Michon pour y mettre en évidence la nature et la fonction
    du sacré. Sacré chrétien et sacré archaïque s'y rencontrent, s'y affrontent, dans un tressage de références qui irrigue
    la prose de Michon et participe à son identité même.
    Essentiel à l'élaboration d'une écriture qui voit en Dieu le dédicataire de l'art, le sacré ne saurait pourtant se réduire
    à la littérature : le traitement que lui réserve Michon le fait apparaître comme l'un des centres de gravité de sa vision
    du monde.

  • Cet abécédaire raisonné, pour analyser la complexité de l'histoire coloniale française, se nourrit de personnages-clés, d'événements décisifs, de créations artistiques remarquables et de concepts polémiques. Il laisse librement entrer par des multiples approches convergentes au coeur d'une expansion historique qui a construit un pan du récit national. Mais formater l'esprit des peuples indigènes, les soumettre par la force ou les violences, leur apporter autoritairement la civilisation n'eut qu'un temps. L'action sans relâche d'intellectuels, de militants politiques, de journalistes, d'artistes va saper les fondements d'un empire apparemment triomphant. D'où le projet de ce travail collectif : appréhender, à travers le filtre nuancé des arts, l'histoire de la colonisation et des indépendances.

  • Ce volume rassemble les essais de chercheurs slovenes, francais et italiens autour des transferts culturels a l'oeuvre aux XVIIIe et XIXe siecles entre, d'une part, les regions de l'empire des Habsbourg confinant avec la republique de Venise notamment la Carniole et, de l'autre, les aires linguistiques italienne et francaise.
    Ces travaux sondent l'histoire de ces echanges sur une periode qui excede les quatre annees d'existence des Provinces illyriennes, entre 1809 et 1813, sur lesquelles tend a se concentrer l'historiographie francaise, faisant trop rapidement litiere de la complexite d'une situation qu'une vision diachronique est plus a meme de restituer. Ils s'attachent autant aux personnes (individus ou reseaux) qu'aux institutions qui ont servi d'intermediaire dans le cadre d'un tel processus (societes agricoles ou savantes, bibliotheques, academies et cenacles).
    De maniere generale, les ouvrages sur les relations culturelles entre les territoires slovenes et les autres pays europeens sont peu nombreux et publies exclusivement en slovene. Le present volume permet a un public plus large d'aborder ce domaine des etudes interculturelles sous des angles varies, au travers de contributions abordables par les autres chercheurs en sciences humaines tout en restant a la fois precises et novatrices.
    Florence GACOIN-MARKS, Universite de Ljubljana
    Les auteurs ont retrace, de maniere argumentee et originale, la facon dont s'est constituee la culture slovene, notamment en Carniole, berceau historique de l'actuel Etat slovene, dans le cadre d'un dialogue avec des representants eminents de la culture europeenne et, notamment, italienne et francaise, determinant ainsi de profonds changements aussi bien culturels (dans la formation du gout et de la mentalite) qu'economiques et esthetiques.

    Monica LANZILLOTTA, Universite de la Calabre

  • Les 15 et 16 juin 2018, l'Irea a organise un colloque sur le theme « Sciences et prise de decision en education » avec comme sous-titre Validation et appropriation des recherches.
    Il ne suffit pas de developper les recherches en education, encore faut- il les valider et surtout se les approprier. Ce n'est pas le plus simple. De nombreuses questions se posent necessairement. Comment la politique educative se construit-elle ?
    Les recherches scientifiques portant sur l'education conduisent a se questionner sur les certitudes, les problematiques, les consensus, les savoirs acquis... Comment ces recherches peuvent-elles agir sur les pratiques des enseignants ? De plus, comment les innovations des enseignants, les pratiques qu'ils adoptent face aux diverses realites de leurs classes peuvent de fait influer sur les programmes de recherche ? C'est tout ce questionnement qui a conduit le conseil scientifique de l'Irea a organiser ce colloque.
    Ainsi, pendant deux jours, autour de deux conferences et de debats dans quatre tables rondes, une quinzaine d'universitaires, d'institutionnels, d'elus politiques, de syndicalistes ont debattu avec passion autour de ce questionnement et ont ainsi contribue a mettre en avant une interface entre recherche et pratique.
    L'Irea (Institut de recherches, d'etudes et d'animation du Sgen-CFDT) a ete cree en octobre 2007. Son conseil scientifique est pluraliste, independant. Dans le cadre d'un Manifeste, il s'est fixe comme mission, en particulier, de servir d'interface entre la recherche et la pratique. Les actes de ces colloques sont publies dans cette collection.

  • Depuis quelques années, l'Union européenne est confrontée à une montée en force des populismes. En témoignent la victoire du Brexit au Royaume-Uni en juin 2016 et les bons scores obtenus par plusieurs partis populistes européens, notamment en Italie, en Autriche et en Allemagne, lors de diverses échéances électorales.
    Parallèlement, une progression des nationalismes est aussi perceptible. Tel est le cas, par exemple, en Ecosse et en Irlande du Nord où les partis nationalistes sont opposés au Brexit et à l'accord de retrait. Ou encore en Catalogne avec le référendum sur l'indépendance en 2017 et les rebondissements qui ont suivi.
    Populismes et nationalismes ne renvoient pas aux mêmes idéologies, ni aux mêmes discours. Ils n'impliquent pas non plus la même attitude à l'égard de l'UE. Toujours est-il qu'ils remettent, tous, le projet européen en question ou bien en critiquant son mode de fonctionnement et ses institutions, ou bien en impliquant une modification de sa composition.
    À travers l'étude de divers partis nationalistes et/ou populistes en Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, France, Italie et au Royaume-Uni, cet ouvrage se propose d'étudier comment la progression des nationalismes et des populismes pourrait remettre l'UE en question sur les court et moyen termes.

  • Fruit de la collaboration entre des enseignants-chercheurs et chercheurs de cinq pays différents, ce recueil consiste à montrer l'interpénétration des discours scientifique et littéraire en Europe centrale et orientale, cette partie du continent européen qui a souvent été considérée en Occident comme attachée à une stricte séparation de ces deux modes d'expression que sont la science et la littérature en raison de la persistance du poids des traditions culturelles soi-disant romantiques. Malgré les différences d'approches et de méthodologies que l'on relève chez les douze auteurs français, hongrois, polonais, russes et slovènes du présent ouvrage, tous tendent à démontrer que le langage littéraire et le langage scientifique s'avèrent chacun dépendants du contexte culturel dans lequel ils se développent, de moyens d'expression symbolique et de paradigmes changeant parfois radicalement au cours des XIXe-XXIe siècles. Leur étude permet donc de voir l'horizon culturel qui limite l'humanité à un moment donné de son histoire et qui l'invite à le dépasser en même temps.

  • "Les liens entre littérature et pathologies sont extrêmement riches. La maladie est un carrefour polyphonique signifiant, qu'une lecture biomédicale ne saurait circonscrire. Elle est une épreuve singulière mettant en jeu le vivre dans sa double dimension physique et psychique. Elle s'inscrit également dans un rapport aux autres et aux problématiques du tissu socio-culturel du moment. On comprend alors que les maux qui ont accompagné le fil de l'histoire représentent un terrain de prédilection pour la littérature. Les textes publiés parcourent certains axes importants des rapports entre médecine et littérature et ce que leurs multiples rencontres nous disent sur l'homme et le monde.".

  • Le vieillissement de la population, phénomène démographique d'envergure en ce début de xxie siècle, touche l'ensemble des pays développés. Cet enjeu majeur à la fois économique, socio-culturel, technologique et réglementaire nous pousse à proposer des combinaisons inédites de pratiques sociales permettant de répondre aux attentes des personnes âgées et de leurs proches. Les initiatives foisonnent en France et à l'étranger où des femmes et des hommes de conviction permettent ce dynamisme.
    Cet ouvrage livre différents exemples de projets inédits conduits par des chercheurs et des praticiens soucieux de (re) donner aux personnes âgées une place centrale au sein de nos sociétés mo-dernes.
    Les problématiques ici analysées permettent de mieux appré-hender les conséquences de nos représentations en termes de pratiques sociales et de construction de normes au sein des en-treprises et des organisations qui oeuvrent en faveur des per-sonnes âgées et de leurs proches.

  • Ce quatrième volume de Transversales est le quatrième volet des travaux de spécialistes des études sur le dix-huitième siècle français et britannique. Dans le cadre du projet de la Maison des Sciences Humaines de Bretagne (MSHB) « La sociabilité en France et en Grande-Bretagne au Siècle des Lumières : l'émergence d'un nouveau modèle de société », ces chercheurs tentent de redéfinir les modes opératoires de la sociabilité pour chacune des deux nations, à partir de sources célèbres ou méconnues. Ils s'interrogent sur la réalité de la supériorité du modèle français de sociabilité. La tonalité des trois premiers volumes reflétait beaucoup les conclusions de Georg Simmel qui fait de la sociabilité « la forme ludique de la socialisation » et un « symbole de vie ». Le présent volume s'attache à différentes expressions qui montrent une forme de crise de cette sociabilité émergente.

    This volume is the fourth in the Transversales series published by a group of researchers of different nationalities, with the support of the Maison des Sciences Humaines de Bretagne (MSHB), on the topic of sociability in France and Britain during the Enlightenment. The research focuses on the extent to which a new model of sociability emerged in these nations during this period, and the similarities and differences between the ways this model developed on each side of the Channel. While the first three volumes drew much of their inspiration from Georg Simmel's views of sociability as "the playful form of socialization" and a "symbol of life", the present volume highlights various accounts of the crisis that an emerging sociability was undergoing.

  • Comment le risque et l'incertitude sont-ils pris en compte dans les pratiques d'évaluation, de concertation, de production et de conduite des projets d'aménagement ? Le contexte de décision et de réalisation des projets est en effet incertain du fait des crises financières, sanitaires, sociales, environnementales, etc. Prévoir avec fiabilité une date de livraison, un niveau de fréquentation ou un rythme de commercialisation à une échéance lointaine est difficile. Les oppositions aux projets et les recours sont aussi plus nombreux, alors que l'impact environnemental est largement critiqué. Dans ce contexte, ce livre s'intéresse à la façon dont les pratiques des acteurs publics et privés évoluent et aux limites qu'elles rencontrent à partir d'exemples d'infrastructures de transport et d'énergie, de projets d'aménagement et d'urbanisme (quartiers en zone inondable, zones industrialo-portuaires, ZAC, centres commerciaux, etc) en Europe, Asie et Amérique. Trois thématiques sont abordées : - «Faire avec» le risque projet ; - Négociation de l'aléa et du risque dans les projets ; - L'évaluation socio-économique et environnementale et le traitement du risque dans les contrats d'aménagement.

  • Depuis maintenant plusieurs années, la question de la laïcité ne cesse de revenir sous les feux de l'actualité. De multiples débats surgissent, de ces mères voilées à qui on refuse l'accompagnement scolaire aux repas spécifiques dans les cantines. Ces conflits soulèvent la question de la place de la laïcité dans la sphère publique et en particulier dans l'école. Doit-on la voir comme une contrainte ou comme un facteur du « vivre ensemble » ?
    L'Iréa a souhaité engager une vaste réflexion sur ce thème : au lycée Henri IV, à Paris, un colloque a été mené autour de la laïcité, de son histoire en France, de sa perception en Europe, questionnant sa contribution à l'intégration des élèves.
    Universitaires, chercheurs, journalistes et syndicalistes ont apporté leurs différents éclairages. Tous ont mis en avant l'importance de cette laïcité, fondamentale dans une société en perte de repères.

empty