Club des directeurs de sécurité des entreprises (CDSE)

  • Quel que soit leur secteur d'activité, les entreprises sont exposées à différents types de risques : économique, réglementaire, financier, informatique, naturel, opérationnel, et bien sûr sécuritaire.
    Avec une activité à l'étranger, des collaborateurs amenés à se déplacer, des sites parfois implantés dans des pays « exposés » à des problèmes sécuritaires, l'entreprise en s'internationalisant s'expose à un ensemble de risques nouveaux.
    Si entreprendre à l'international, c'est s'ouvrir à de nombreuses opportunités, il n'en demeure pas moins que ce développement doit être accompagné par l'action de professionnels de la sûreté.

  • La radicalisation des salariés constitue un risque nouveau érigé au rang de préoccupation majeure depuis les attentats de 2015. Et la plupart des managers sont démunis face à ces phénomènes de durcissement des postures en particulier religieuses ; or, les entreprises doivent très tôt apprendre à déceler l'ensemble des signaux faibles qui peuvent aboutir à la forme ultime de la radicalisation violente, le terrorisme, et l'intégrer comme risque. Depuis les années 2000, les entreprises doivent également faire face à des risques émanant de groupes radicaux. Ils appartiennent à quatre courants idéologiques : l'écologie radicale (zadistes), le néo-luddisme (technophobes), certains courants de défense de la cause animale et l'ultragauche. Les entreprises vont donc devoir apporter une réponse à la fois sécuritaire et sociétale à ces menaces. Ce dossier tente de répondre à ces enjeux en donnant des outils d'anticipation et quelques clés de compréhension de ces phénomènes de société.

empty