Centre Jacques-Berque

  • Le terrain ethnographique plonge le chercheur dans un espace d'altérité et d'engagement qui le confronte inévitablement à des questionnements (et à des doutes) sur sa posture, ses choix méthodologiques, ses dilemmes éthiques. L'art de l'ethnographie tient dans la capacité du chercheur à s'adapter en permanence à l'imprévisibilité de son terrain grâce à l'exercice de la réflexivité (retour sur soi et sur son terrain). Cette confrontation au monde de l'autre et ces allers retours perpétuels entre le terrain et la réflexion, interpellent des expériences à la fois émotionnelles, physiques et intellectuelles qui ne peuvent se transmettre sous forme de règles ou de recettes toutes faites mais livrent une myriade de pratiques méthodologiques. La richesse de ce livre réside également dans la diversité des terrains du Maroc contemporain : du Haut-Atlas au grand Casablanca, d'El Hajeb à Tanger, de Nador à Meknès, en passant par le Rif central et par l'intimité du foyer des couples mixtes installés au Maroc. C'est autant le monde des ouvrières, des adeptes du soufisme, des résidents d'un quartier d'habitations informelles, d'une communauté berbère vivant au sein d'une montagne, de la copropriété, des phénomènes participatifs, de la gestion du patrimoine, de la mixité conjugale, de la drogue et de la précarité sociale que ce livre nous fait découvrir. Ces histoires rendues vivantes à travers les récits passionnants des auteurs nous apparaissent comme un excellent outil pédagogique permettant aux étudiants d'acquérir les « ficelles du métier », aux chercheurs de poursuivre leurs réflexions sur les questions méthodologiques inévitablement renouvelées lors de chaque terrain ; enfin, au grand public d'approcher la grande diversité sociale du Maroc d'aujourd'hui au-delà des représentations toutes faites.

  • « La bienvenue et l'adieu » : c'est sous le signe de ce poème de Goethe que les auteurs ont souhaité placer les contributions au colloque Migrations, identité et modernité au Maghreb, tenu à Essaouira du 17 au 20 mars 2010. Ce colloque est une initiative d'universitaires français et marocains, auxquels se sont joints des collègues du monde entier, dans un engagement commun pour une lecture pluraliste de l'histoire récente du Maroc et du Maghreb. Accueilli à Essaouira et soutenu par deux instances chargées de la défense des droits humains et de la mise en application des recommandations de l'Instance équité et réconciliation, ce colloque a essayé d'aborder, de façon publique, pour la première fois dans un pays du Maghreb, la question du départ des juifs, recontextualisée dans sa profondeur historique et mise en perspective avec les flux migratoires des communautés musulmanes. Sans esquiver les dimensions spécifiques ni les enjeux politiques de ces départs, il a cherché à en réévaluer la place. Il a pour cela réintroduit au coeur du questionnement les projets migratoires, les parcours des migrants et les dynamiques de constructions communautaires. La mémoire de ces communautés migrantes est aussi celle du Maghreb, à différents moments de son histoire. Actes du colloque d´Essaouira, Migrations, identité et modernité au Maghreb, 17-21 mars 2010, publiés avec le soutien du Conseil de la communauté marocaine à l´étranger (CCME) et du Conseil national des droits de l´Homme (CNDH). Une bibliographie établie à l'occasion de ce colloque est disponible, en pdf, à http://bibmed.mmsh.univ-aix.fr/Syntheses_Biblio/Bibliographie_Migration_identite-modernite-au-Maghreb.pdf Cet ouvrage est publié au Maroc en co-édition avec le soutien du Centre Jacques Berque. Un coffret réunissant les trois volumes est disponible aux Éditions Karthala sous l'ISBN 978-2-8111-0606-5. Prix du coffret : 44 EUR

empty