Robert Laffont

  • Ne dites jamais

    Collectif


    Un guide de poche hilarant qui vous permettra de réfléchir à toutes ces phrases qu'il ne faut vraiment, indiscutablement, jamais prononcer. À moins de vouloir provoquer une belle baston !

    À un enterrement, ne dites jamais : " À ton avis, y a des gens qui ont déjà pécho son appart ? Parce que ça m'intéresse... "
    Dans un tribunal, ne dites jamais : " Franchement, si O. J. Simpson s'en est tiré, t'as pas à t'en faire. "
    Lors d'un premier rencard, ne dites jamais : " Ça te dérange pas si j'emmène mon fils ? "
    À votre belle-famille, ne dites jamais : " Votre fils, c'est une bête au lit ! "
    À un professeur, ne dites jamais : " J'adorerais quitter le boulot à 16 heures tous les jours moi aussi. "
    Et ne dites jamais, au grand jamais : " Tu ferais mieux de t'asseoir. "

  • Pour approcher, visiter, comprendre un lieu, qu'y a-t-il de mieux que de découvrir ce que les grands auteurs ont pu en dire ? Laissez-vous surprendre par les textes consacrés aux plus belles cités du monde, puisés dans les récits de voyage, correspondances et autres carnets de route des écrivains-voyageurs. Si belle, la Sicile a au cours des âges été convoitée par toutes les grandes civilisations méditerranéennes qui ont tour à tour enrichi ses villes et ses villages, disséminant églises et fontaines, théâtres et palais, et créant ainsi la superbe mosaïque architecturale qu'elle est aujourd'hui.Sillonner la Sicile, se rendre à Palerme et Taormine, Savoca, et Syracuse, c'est se prêter à une large chasse aux trésors ponctuée de films culte, de farniente, d'art byzantin et de mythologie grecque." La vue de la Sicile, à la hauteur de Palerme, nous frappa d'admiration. Ce n'est ni la Syrie ni la Grèce ; c'est plutôt l'Afrique, quelque chose de torride et de gigantesque, donnant l'idée de l'indomptable et de l'inaccessible. " Ernest Renan.

  • Pour approcher, visiter, comprendre une ville, qu'y a-t-il de mieux que de découvrir ce que les grands auteurs ont pu en dire ? Laissez-vous surprendre par les textes consacrés aux plus belles cités du monde, puisés dans les récits de voyage, correspondances et autres carnets de route des écrivains-voyageurs. Si Montesquieu prenait toutes les précautions possibles avant de s'aventurer dans les rues pavées de Londres, si Chateaubriand déplorait de s'y trouver " plongé dans un gouffre de vapeur charbonnée, comme dans une des gueules du Tartare " et si le climat y a inspiré plus d'un mot ironique, chez Gautier notamment, beaucoup d'autres, comme Verlaine, ont sublimé la capitale britannique lors de leurs escapades à travers ses promenades immenses et ses délicieux squares. " Un dimanche d'été, quand le soleil s'en mêle, Londres forme un régal offert aux délicats : [...] Un soleil clair, léger dans le ciel fin, bleuté À peine. On est comme en un bain où se pavane Le parfum d'une lente infusion de thé. " Verlaine, Londres.

  • Pour approcher, visiter, comprendre une ville, qu'y a-t-il de mieux que de découvrir ce que les grands auteurs ont pu en dire ? Laissez-vous surprendre par les textes consacrés aux plus belles cités du monde, puisés dans les récits de voyage, correspondances et autres carnets de route des écrivains-voyageurs. L'Italie a toujours charmé les gens de lettres, mais ce n'est qu'au XIXe siècle que le voyage d'écrivain a trouvé sa véritable expression, offrant aux lecteurs de divines pages de promenades littéraires. Stendhal, Chateaubriand, Zola... Tous ont puisé leur inspiration dans les ruines, jardins et ruelles de Rome, l'ont décrite pour mieux faire éclater leurs souvenirs, leurs rêveries, leurs méditations... " On peut faire aux Romains la même objection qu'à Napoléon. Ils furent criminels quelquefois, mais jamais l'homme n'a été plus grand. " Stendhal, 1827

  • Pour approcher, visiter, comprendre une ville, qu'y a-t-il de mieux que de découvrir ce que les grands auteurs ont pu en dire ? Laissez-vous surprendre par les textes consacrés aux plus belles cités du monde, puisés dans les récits de voyage, correspondances et autres carnets de route des écrivains-voyageurs. Voltaire, Diderot, Dumas, Zola, Casanova, Mérimée... Saint- Pétersbourg a fait couler beaucoup d'encre. Et, des grands de ce monde aux modestes voyageurs, l'avis est unanime : la ville étonne. Ces palais époustoufl ants sont-ils faits de bois ou de marbre ? Survivront-ils aux années ? Si certains s'interrogent, d'autres préfèrent simplement admirer... " De Novgorod jusqu'à Pétersbourg, il n'y a presque plus que des marais, et l'on arrive dans l'une des plus belles villes du monde, comme si, d'un coup de baguette, un enchanteur faisait sortir toutes les merveilles de l'Europe et de l'Asie au sein des déserts. " Germaine de Staël, 1812

  • Pour approcher, visiter, comprendre une ville, qu'y a-t-il de mieux que de découvrir ce que les grands auteurs ont pu en dire ? Laissez-vous surprendre par les textes consacrés aux plus belles cités du monde, puisés dans les récits de voyage, correspondances et autres carnets de route des écrivains-voyageurs. D'après Chateaubriand, " on entre dans Naples presque sans le voir, par un chemin assez creux ". Sans doute n'a-t-il pas emprunté le bon, car l'entrée est " grandiose " aux yeux de Stendhal. Tandis que Sade s'étonne du manque de goût dont témoigne le Napolitain, un siècle plus tard Dumas s'en réjouit : c'est qu'il se contente de peu de chose. Maupassant, Zola... : nombreux sont ceux qui ont vanté les rues étroites de Naples, ses femmes, ses enfants sur les balcons, penchés pour étendre le linge, à découvert toujours, car à Naples on vit dehors. " Je n'oublierai pas plus la rue de Tolède que la vue qu'on a de tous les quartiers de Naples : c'est, sans comparaison, à mes yeux, la plus belle ville de l'univers. " Stendhal

  • Pour approcher, visiter, comprendre une ville, qu'y a-t-il de mieux que de découvrir ce que les grands auteurs ont pu en dire ? Laissez-vous surprendre par les textes consacrés aux plus belles cités du monde, puisés dans les récits de voyage, correspondances et autres carnets de route des écrivains-voyageurs. " Ceux qui n'ont pas vu Moscou ne peuvent dire avoir vu la Russie... " Si ce ne sont pas les monuments de la ville qui ont inspiré ces mots à Casanova mais ses femmes, les voyageurs illustres qui l'ont visitée sans négliger pour leur part le Kremlin, ses églises aux coupoles dorées, ses palais, s'accordent à dire que Moscou est une " Byzance de terre ferme ", une " fantastique Bagdad ", une " Rome asiatique " : bref, l'Orient tel qu'on le rêvait au XIXe siècle. Au grand plaisir du lecteur, Mme de Staël, Dumas, Gautier... dressent le tableau vivant d'une ville-musée. " Aux yeux d'un Parisien, c'était une ville fabuleusement splendide et chimériquement lointaine, une tiare de pierreries posée dans un désert de neige. " Théophile Gautier.

  • Qui n'a jamais rêvé de se retrouver en tête à tête avec un grand artiste disparu ? Onze auteurs imaginent une rencontre avec un musicien, un écrivain, un cinéaste ou un peintre dans un lieu où ils ont séjourné. Parfois, ils se glissent dans leur peau. La fantaisie se libère, fait surgir des fantômes : Baudelaire, Aragon, Joseph Roth ou Isabel Rawsthorne et Giacometti à Paris, Albert Marquet au Pyla, Cocteau et Radiguet au Cap- Ferret, Romain Gary, Éric Rohmer, Carlos Gardel... jusqu'à Marlowe, le héros de Raymond Chandler, à Omaha Beach ou Yasujirô Ozu dans le lointain Japon.Les Uns, les autres nous emmènent sur les pas de figures tutélaires, en ville, en bord de mer ou à la campagne, pour partager avec elles l'intimité de moments insolites.

  • Felony ever after

    Collectif


    13 auteurs stars de la romance. Une histoire torride

    Provinciale de vingt-deux ans fraîchement débarquée à New York, Verity Michaels est réceptionniste dans une boîte où les heures supplémentaires sont monnaie courante. Pratique pour son patron, qui ne rate pas une occasion de la reluquer. Un soir, alors qu'elle hèle un taxi pour rentrer chez elle, elle se retrouve contrainte de partager la course avec Hudson Fenn, un jeune homme tatoué des pieds à la tête. Durant le trajet, le chauffeur se prend le bec avec un autre conducteur et descend de la voiture ; Hudson attrape alors le volant et s'enfuit tranquillement avec le taxi... sans oublier de déposer Verity chez elle. Le lendemain matin, le jeune homme apparaît à son bureau : il est coursier à vélo et dépose un mystérieux colis pour son patron. Une relation explosive se noue entre eux : il est beau, séduisant, dangereux, et vit comme un prince ; elle est méfiante, drôle et moderne.
    De tweets coquins en rendez-vous torrides, Felony Ever After nous offre une comédie romantique très sexy par les meilleures plumes du genre, qui ont écrit tour à tour un chapitre pour donner forme à ce cadavre exquis insolite et épicé.

  • Antiracistes

    Collectif


    " Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, de ses origines ou de sa religion. " Nelson Mandela.

    Les idées d'extrême droite, les violences racistes et antisémites doivent être combattues avec une vigueur toujours renouvelée. Quelles armes contre le camp de la haine ? Avant toute chose, la connaissance et l'analyse. Antiracistes dresse un état des lieux permettant de réfléchir pour mieux agir.
    Dans quelle mesure le racisme et l'antisémitisme sont-ils liés aux mutations de nos sociétés occidentales ? Comment se sont-ils déployés et transformés dans l'histoire ? En quoi les crises politiques et économiques, la fracture sociale, la fragmentation culturelle ou encore l'hypermédiatisation favorisent-elles leur évolution ? Quel type d'actions peut-on entreprendre pour les combattre ?
    Les meilleurs esprits ici réunis nous donnent les clés historiques, philosophiques et sociologiques ainsi que les outils théoriques indispensables pour enfin délivrer la société du racisme et retrouver un esprit de fraternité et de bienveillance.
    Contre le racisme et l'antisémitisme, le livre de référence, par les meilleurs spécialistes.

  • Serge Dassault est l'un des hommes les plus puissants de France. Milliardaire, pilier de la défense nationale avec ses Rafale, sénateur UMP, propriétaire du Figaro, l'industriel parle à l'oreille des présidents de la République.
    L'avionneur a conquis une ville, Corbeil-Essonnes. C'est la revanche du fils mal-aimé sur son père, le mythique Marcel Dassault. Serge s'est pris d'affection pour cette cité ouvrière. Il en a fait une sorte de laboratoire social, avec sa fortune personnelle. Mais sa ville lui donne bien du souci.
    Élections annulées, enquête judiciaire sur des soupçons d'achats de vote, racket... rien ne va plus dans le fief de Serge Dassault.
    Après plus d'un an d'enquête, Sara Ghibaudo et Yann Philippin lèvent le voile sur certains secrets bien gardés du milliardaire et mettent au jour un " système " qui, au fil des années et des millions d'euros, s'est dangereusement enrayé.

  • Loin des photos officielles mises en scène par les communicants, Politique Paillettes explore les coulisses et les contrechamps. Avec mordant, les photographes de l'agence MYOP montrent sans fard la mêlée présidentielle, nous entraînent dans l'ambiance survoltée des meetings, là où politiciens, militants et journalistes rejouent sans fin la société du spectacle.
    En ces temps accélérés où la quantité des images et des informations prime sur leur profondeur, ce livre arrête la course et révèle ce qui se cache sous les paillettes présidentielles.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Malgré une présence centenaire, les 450 000 Chinois de l´Hexagone - dont la moitié sont originaires de la province de Wenzhou - constituent une communauté largement inconnue. La population chinoise de France a explosé ces trente dernières années. Cet essor est si spectaculaire qu´il a fini par rendre visible une présence jusque-là discrète, en Seine-Saint-Denis (Aubervilliers), à Paris (3e, 11e, 13e et 19e arrondissements) comme dans nombre de villes françaises.
    Fourmilière souterraine et industrieuse, cet univers est marqué par le silence et l´opacité, au point de susciter l´indifférence, voire la suspicion. Du primo arrivant clandestin en situation de détresse aux familles qui exhibent les symboles de réussite, le livre explore toutes les strates sociales de la communauté. Le formidable témoignage de Liwen Dong, clandestin chinois, rend concrète cette immigration, les passeurs, les faux papiers, puis l´insertion dans la communauté parisienne, le contournement des dures lois migratoires et l´influence des groupements de commerçants et de l´ambassade de la République populaire.
    L´organisation sociale des Chinois de France est fascinante en effet car elle combine traditions millénaires et modernité marchande, coopération et compétition, stratégie locale et capitalisme global sauvage, patriarcat et émancipation féminine.
    Cette enquête exceptionnelle permetin finede mieux comprendre, dans un marché du travail mondialisé, le phénomène de globalisation par le bas, et de questionner la France sur son modèle d´intégration.

  • Louis XIV était-il le fils de Louis XIII ? Pourquoi n'a-t-on pas stoppé la guerre en 1916 ? Peut-on parler, au sujet de la bataille de la Marne, de grande victoire quand on sait que celle-ci n'empêcha pas les Allemands d'occuper la France durant quatre ans ? Quelques exemples, parmi bien d'autres, qui montrent que la désinformation ne date pas d'aujourd'hui. On a souvent dénoncé les mensonges de l'Histoire. André Gillois rejette cette formule. L'Histoire ne se fait ni ne s'écrit toute seule. Ce sont des hommes qui en sont responsables. Et il existe entre eux une complicité qui permet de dissimuler les fautes et de transmettre, de génération en génération, des gloires usurpées. L'auteur ne se contente pas de considérations morales ou philosophiques sur le mensonge. Il accuse et il démontre, en partant d'un constat impartial des faits. Ainsi, on est horrifié de la légèreté et de l'aveuglement de certains chefs civils et militaires, et de l'audace avec laquelle ils se distribuent les lauriers pour masquer leur impéritie. Mais la vanité et la fuite devant les responsabilités ne sont pas les seuls ressorts de la désinformation. L'analyse des événements que nous avons vécus, et que nous vivons encore, nous oblige à douter de la vérité historique. Le passé nous confirme que cette vérité est un mythe et qu'il n'y a jamais eu qu'un accord consensuel sur ce qu'il était bon de laisser croire. La servilité de la pensée a faussé le cours de l'Histoire. D'où la conclusion lucide d'André Gillois : la seule vérité établie avec certitude, c'est le mensonge historique.

  • Ils étaient salariés et boutiquiers, gens du commun. On ne trouve leurs noms que dans les archives de la police. Ils y racontent leur vie, leur Révolution...

  • Pour la première fois, un agent de terrain de la DST livre les secrets et les clés de quelques-unes des affaires les plus importantes et des attentats les plus meurtriers de ces dernières années. Comment devient-on « antiterroriste » ? En quoi consiste cette activité ? Quelles sont les sources d'information, et quelles sont les méthodes employées ? C'est ce que révèle Daniel Burdan. Chargé de dépister et de « piéger » les groupements terroristes téléguidés et financés notamment par la Syrie, l'Iran et la Libye, il vit la série d'attentats qui, de 1982 à 1986, ont ensanglanté la capitale. Et où l'on retrouve le mystérieux Carlos et l'impitoyable Abou Nidal. À l'occasion de ces affaires, l'auteur se rend compte que l'activité antiterroriste suscite rivalités internes et guerre des polices ou des services : la DGSE, la DST, la police criminelle, la gendarmerie nationale... et depuis peu la cellule antiterroriste de l'Élysée s'épient, se jalousent et se disputent les « clients ». Et c'est bien pour avoir répondu à l'appel de sirènes concurrentes que Daniel Burdan, en pleine manipulation d'une « source » haut placée, a signé son arrêt de mort... professionnelle et décidé par là même d'écrire ce livre. Si la guerre froide est finie, celle que se livrent les terroristes -ou preneurs d'otages- et les services secrets, ne semble pas terminée. L'auteur s'est trouvé mêlé intimement aux épisodes les plus spectaculaires de cette guerre.

  • A travers cette entreprise, c'est la vie d'une région qui nous est contée, la région de Tourcoing et de Roubaix, et surtout celle de ses habitants qui, du plus profond de leur province, bâtirent ce magasin français pas comme les autres.

empty