Mémoire d'encrier

  • Cette anthologie est une plongée dans la culture et dans l'imaginaire des Premières Nations, des Métis et des Inuits.

    C'est aussi l'esquisse d'une pensée autochtone par les Autochtones. Pour un vivre-ensemble, pour échanger et établir la relation, commençons par découvrir la profondeur de ces histoires et de ces univers.

    Anthologie dirigée par Marie-Hélène Jeannotte, Jonathan Lamy et Isabelle St-Amand
    Traduction de Jean-Pierre Pelletier
    Préface de Louis-Karl Picard-Sioui

    Résumé
    Cette anthologie rassemble des points de vue d'écrivain.e.s et des textes théoriques. À la fois personnels et engagés, ces écrits montrent la richesse et la fécondité de la
    pensée autochtone. En plus de fournir des clefs pour la lecture et l'enseignement des
    littératures des Premières Nations, des Métis et des Inuits, ce livre permet de mieux comprendre les enjeux liés à leurs territoires, leurs cultures et leurs imaginaires. Ces voix invitent à penser le monde à partir des histoires qui nous fondent.

    Extrait de la préface de Louis-Karl Picard-Sioui
    « S'il y a une chose dont je suis certain, c'est que ce livre est un incontournable pour toute personne - autochtone ou allochtone - voulant se lancer dans l'étude des littératures autochtones... Ces pages sont riches en expériences concrètes, en théories
    et réflexions éthiques, critiques et philosophiques, et en précieux conseils pour tout chercheur s'approchant, trop souvent de façon bien naïve, de ce champ miné. À leur façon, ces textes racontent aussi des histoires. Des histoires d'humains qui, au creux de la nuit, tirent à bout portant des mots-flèches contre le grand mensonge colonial. Des histoires nous invitant à désapprendre pour mieux savoir. »

    Auteur.e.s
    Jeannette Armstrong, Thomas King, Lee Maracle, Gerald Vizenor, Drew Hayden Taylor, Sherman Alexie, Neal McLeod, Daniel Heath Justice, Renate Eigenbrod, Sam McKegney, Tomson Highway, Jo-Ann Episkenew, Emma LaRocque, Keavy Martin et Warren Cariou.

  • Chair interdite, le sexe des femmes attise le désir autant que la haine, la convoitise autant que la peur. Neuf femmes
    haïtiennes, urbaines, contemporaines et jeunes tentent de dire les maux/mots tracés au scalpel dans le corps des femmes.
    Yanick Lahens

    Nous sommes ensemble, Écorchées vivantes, nues ; nous léchons, debout, nos blessures. Saleté, petitesse, actes
    manqués, drames faciles, bourreaux oubliés, rapports de corps et d'oppression, prostitution déclarée, attentat sur nos chairs et nos esprits jusqu'à voir en nous rien que des objets de désir.
    Martine Fidèle

  • Pour commémorer le dixième anniversaire de la mort d'Émile Ollivier (1940-2002), écrivain,sociologue, éducateur, le pari est lancé de révéler au grand jour le visage multiple de cet intellectuel passionné. Cet ouvrage retrace les paris, les combats, les questionnements, les pensées et le double enracinement - Québec et Haïti - ayant marqué cette trajectoire. Auteurs, universitaires, chercheurs et amis font découvrir les diverses facettes de l'oeuvre: exigence d'une écriture, paysages de l'exil, errance des êtres déplacés, échos du pays natal et du monde, et surtout ce fervent souci de la cité. Découvrons la complexité et la cohérence d'un univers. Émile Ollivier, le schizophrène heureux est présent parmi nous.

  • Mort le 10 août 2010 à 53 ans à Paris, Bolya Baenga est l'écrivain le plus doué de sa génération. En 1986, il a reçu le Grand Prix littéraire de l'Afrique noire pour son roman Cannibale. Journaliste,
    essayiste, romancier, ce Congolais qui se définit comme « nomade cosmopolite mais sédentaire de l'éthique » est un esprit brillant, d'une culture prodigieuse, un briseur de tabous, un homme engagé.
    Bolya a consacré sa vie au développement du continent africain à
    travers plusieurs essais où il propose une approche inédite, voire révolutionnaire, une nouvelle voie de sortie du sous-développement (L'Afrique en kimono, 1991 et L'Afrique à la japonaise, 1995). Il a aussi contribué à fonder l'école congolaise du polar en mettant en scène l'inspecteur nègre dans La polyandre (1998) et dans Les cocus posthumes (2001). Ses derniers combats sont livrés contre le viol, arme de guerre (La profanation des vagins, 2005) après avoir
    dressé dans Afrique, le maillon faible (2002), un portrait pessimiste du continent africain, terre où se livre la plus barbare des guerres, celle de la mondialisation sauvage, de laquelle nul ne réchappe.
    Promenade biographique et érudite, cet ouvrage, souvenirs et études critiques, lui rend hommage.

  • Ce collectif rassemble des témoignages sur la plus longue grève qu'à connue Haïti. Enquêtes, photos, documents d'archives, pamphlets restituent cette mémoire. Acteurs et témoins évoquent la résistance à l'horreur et l'urgence d'une société fondée sur le respect des droits humains. Entre savoir et démocratie. Les luttes de l'Union nationale des Étudiants haïtiens (UNEH) sous le gouvernement de François Duvalier retrace cette tragique histoire: d'un côté, la naissance de la dictature et , de l'autre, le combat pour la justice. Se pose alors la question de la relation entre le savoir et la construction de la démocratie.

  • Ikuma. Carnet de tournage réunit entretiens, photographies, aquarelles,
    poèmes, récits des principaux artisans du film Le jour avant le lendemain, réalisé par un collectif de femmes inuites d'après le récit de l'écrivain danois Jørn Riel. S'élèvent ici les formes et les voix des ancêtres, les maîtres du territoire arctique. L'univers du Grand Nord
    est rendu dans sa vérité et sa poésie initiatique.

  • « Un élargissement des frontières herméneutiques de la spatialité littéraire et
    cinématographique en francophonie constitue un important et nécessaire moment de réflexion que les études réunies dans ce volume veulent marquer. »

    Cet ouvrage est l'un des premiers travaux scientifiques consacrés aux littératures et aux cinémas francophones sous l'angle d'une géocritique postcoloniale. Développée au début des années 2000 autour des travaux de Bertrand Westphal, la géocritique est un nouveau champ d'étude de la représentation des espaces référentiels dans les narrations littéraires et non littéraires. Cet ouvrage en analyse les potentialités
    sémantiques dans les textes et les films francophones contemporains et montre comment des villes comme Dakar, Bizerte, Paris, Port-au-Prince, Libreville, Cyrthe ou le Cap révèlent de nouvelles topographies
    urbaines dont les formes architecturales et les histoires humaines sont reconstruites de manière surprenante dans les romans et les films francophones.

    Collaborateurs : Françoise Naudillon, Mbaye Diouf, Sihem Sidaoui, Obed Nkunzimana, Sada Niang, Whitney Bevill, Mouhamadou Cissé, Morgan Faulkner, Srilata Ravi, Josias Semujanga, Vincent Simédoh, Désiré Nyela, Kodjo Attikpoé, Lamia Mecheri.

  • Le romancier Gary Victor accompagne dans cette aventure fantastique neuf jeunes auteurs: Alfonce Marc Edwidge, Rose Taina Gachette, Jean Délino Gaspard, Glaude Japhet, Larissa Saskya Leroy, Djenika Mars, Paola Medjine Paul, Monestime Pierre Richard, Évains Wêche.

empty