Fayard/Pluriel

  • Le Japon

    Collectif

    « Devant la patrie en ruine, je retrouve les montagnes et les fleuves toujours aussi tranquilles. » Ce vers du poète Du Fu que tous les Japonais connaissent par coeur symbolise l'étonnante capacité d'un peuple à réinventer sa patrie depuis des siècles.
    Les spécialistes ici rassemblés expliquent la nature des cycles - entre repli et ouverture -, qui scandent la voie japonaise. Ils montrent la singularité d'une société hiérarchisée, divisée et en même temps étonnamment solidaire. Ils rappellent enfin comment quinze années de guerre au milieu du XXe siècle, suivies par un rétablissement économique exceptionnel, ont fait du Japon une puissance mondiale singulière.

  • Etre chevalier, c'est à la fois bénéficier d'un statut, d'un armement particulier et observer une conduite originale. De l'époque carolingienne jusqu'au XVIIIe siècle, ces guerriers nobles vont adopter un comportement singulier dans leur manière de combattre, dans les rîtes d'adoubement, dans leurs jeux, leurs parades ou leurs tournois et jusque dans leurs discours politiques - qu'il s'agisse de la protection des églises, des pauvres, des femmes ou des croisades. De cette mutation majeure témoignent les châteaux conçus comme les manifestations d'une puissance territoriale et sociale, mais aussi comme les lieux d'une civilité chevaleresque. Ce livre, écrit notamment par Philippe Contamine, Dominique Barthélémy et Patrick Boucheron, offre la seule synthèse disponible en collection de poche.

  • L'Iran actuel éclipse une civilisation millénaire, l'une des plus anciennes et des plus brillantes du Proche-Orient, l'Empire perse, dont le Shah Reza Pahlavi faisait encore un modèle dans les années 1970 : les Empires perses. Ce livre est l'occasion d'interroger les continuités et les ruptures d'un Orient qui ne vit pas uniquement au rythme de la religion chiite. Jadis, en effet, les Perses étaient considérés comme les Barbares par excellence et les Grecs, comme les Romains, les ont combattus en les regardant tels des sauvages gouvernés par des despotes. Pourtant, la culture perse s'est montrée d'une rare richesse et d'une grande tolérance. N'est-ce pas là que le monde juif puisa une partie de ses traditions et de ses coutumes ? N'est-ce pas aussi dans l'Empire perse que trouvaient refuge les bannis des cités grecques ? Quand le pays de Zarathoustra se convertit à l'islam, cet Orient change en profondeur. Il prend les allures d'un concurrent d'un genre nouveau pour le monde occidental, qui le regarde aujourd'hui avec une terrible angoisse, celle de voir une théocratie se doter de l'arme nucléaire.

  • Celte, romaine, puis wisigothique, musulmane et chrétienne, théâtre de l'Inquisition, première puissance coloniale du monde à la Renaissance, patrie du Cid, de Cervantès, de la corrida et de la movida, l'Espagne est le berceau d'une histoire d'une extraordinaire richesse. Ce pays si voisin du nôtre et apparemment si familier a connu un destin singulier en Europe. La présence prolongée de l'islam en son coeur, la force séculaire des identités régionales, la forme sombre et exclusive que le catholicisme y a prise à la fin du Moyen Âge, l'incapacité de la monarchie à se réformer, la guerre civile qui s'étend du début du XIXe siècle jusqu'à ce que nous appelons la guerre d'Espagne, la transition démocratique imposée de manière quasi autoritaire par le roi Juan Carlos à partir de 1975 : autant de traits qui ont modelé l'Espagne et que ce livre explore en compagnie des meilleurs spécialistes, français et espagnols.

  • Versailles

    Collectif

    Discours politique par architecture interposée, Versailles s'identifie au long règne de Louis XIV (1643-1715). Trois grands thèmes - le château, le Roi absolu, la vie de cour - rythment ce volume. Le château : comment comprendre l'obstination et l'implication personnelle d'un monarque à vouloir transformer un espace « sans vue, sans bois, sans eau, sans terre » comme l'explique Saint-Simon, en un palais d'une ampleur et d'une richesse inédites ? Par ses dimensions, par son opulence, par sa richesse iconographique, ce palais du « plus grand roi du monde » a en effet fasciné tous les souverains de l'Europe des Lumières et fascine encore chaque année des millions de visiteurs venus du monde entier. C'est que la forme même ici symbolise le pouvoir, un pouvoir absolu, qui se montre à travers la magnificence des décors, mais aussi l'ordonnancement des bâtiments. Jusqu'à la nature qui se plie à la volonté royale en une variété de jardins et de plans d'eau qui témoignent de leur soumission à l'ordre voulu. Quand viendra le temps de la contestation de ce pouvoir absolu, les révolutionnaires de 1789 contraindront le roi et sa famille à regagner Paris. Mais la grande histoire ne doit pas masquer les manifestations moins connues de la vie quotidienne à Versailles, les problèmes d'intendance, le rituel contraignant de la cour, les intrigues, cabales et scandales qui émaillent la vie des courtisans... Sans doute la France républicaine s'inscrit elle aussi dans la continuité de cet héritage, elle qui ne déteste pas les fastes des palis nationaux et dont la président s'attachent à laisser une empreinte de bâtisseurs.

  • La guerre de cent ans est un des épisodes le plus fortement fondateur de la cohérence du royaume de France. Entre 1337 et 1453, elle a opposé la dynastie des Valois aux rois d'Angleterre qui prétendait régner sur le pays au nom d'un droit de succession.Tant de batailles et d'événements sont entrés dans notre imaginaire national, telles les victoires de Du Guesclin et les défaites, comme la terrible bataille d'Azincourt. Ce fut aussi l'époque d'Etienne Marcel guidant une révolte, un temps où bientôt un roi fou, Charles VI, gouverna le pays avant d'être placé sous la tutelle de sa femme. Divisé, le royaume tomba dans une terrible guerre civile, alors que s'établissait pour la première fois à Paris un roi britannique, encore enfant, couronné sous le nom d'Henry VI. Shakespeare écrira de belles pages sur cette domination anglaise et son occupation du territoire. Et Jeanne d'Arc émerge de ce tourbillon. Le magazine l'Histoire dès sa création a demandé à des spécialistes d'éclairer cet immense chantier intellectuel. Plus récemment, il a élaboré un dossier sur ce sujet qui permet de mesurer les changements historiographiques. Ces articles forment la trame de ce nouveau livre. Les signatures de grands historiens comme Philippe Contamine, Jean-Philippe Genet, Bernard Guené ou Nicolas Offenstadt apparaissent dans ces pages. Elles montrent la vitalité d'une de la réflexion sur une période qui, encore en 2013, figure au programme de l'agrégation. Christopher Allmand, Colette Beaune, Patrick Boucheron, Boris Bove, Philippe Contamine, Christopher Fletcher, Jean-Philippe Genet, Bernard Guénee, Nicolas Offenstadt...

  • Les collabos

    Collectif

    « Collabo » : un mot qui claque comme une insulte. Pas si facile à définir pourtant. Béret basque bien planté sur l'oreille droite, un pain de marché noir sous le bras, faisant la queue devant la Kommandantur pour dénoncer son voisin : le portrait caricatural du collaborateur moyen ne permet pas de saisir une attitude aux motivations diverses et parfois contradictoires. Les plus éminents spécialistes de la question, comme Henry Rousso, Jean-Pierre Azéma, Philippe Burrin et Michel Winock, nous aident à y voir plus clair. Faut-il distinguer collaboration et « collaborationnisme » ? La collaboration est-elle une spécialité française ? Comment se sont comportées les populations et les élites dans les différents pays de l'Europe occupée ? Quelles sont les responsabilités des écrivains et des intellectuels ? Les jeunes gens partis en 1943 au STO sont-ils des collaborateurs ? Sans oublier les jugements après-guerre, dont le plus sévère peut-être, est celui de la mémoire. Ce livre offre la seule synthèse en collection de poche sur la collaboration européenne.

  • L'histoire passe son temps à nous mentir, puisque nous nous intéressons au passé pour qu'il nous vienne en aide dans nos combats présents. L'histoire est un récit des origines, toujours un peu mythifié, autour duquel les nations se rassemblent. Raison de plus pour ausculter ces récits lorsqu'ils sont tissés de contrevérités ? Des faux testaments d'un empereur romain à la faillite du bluff néolibéral, 20 des mensonges les plus célèbres de l'histoire sont décortiqués par les meilleurs historiens. Colette Beaune élucide l'affaire Jeanne d'Arc ; Jean-Christian Petitfils, l'énigme Ravaillac ; Emmanuel de Waresquiel, l'exécution du duc d'Enghien ; Nicolas Werth et Stéphane Courtois, les inventions de la propagande soviétique ; Fabrice d'Almeida, les silences de François Mitterrand et de Bill Clinton.

  • Avec ses « secrets », ses « mystères », voire pour certains ses « forfaits obscurs », la Franc-maçonnerie ne cesse de fasciner. Ce livre permet de comprendre pourquoi. En reprenant notamment les archives saisies par les nazies puis transférées à Moscou, les historiens ici rassemblés - Michel Winock, Pierre Mollier, Daniel Roche, André Combes - retracent l'histoire des origines de la Franc-maçonnerie, son rôle complexe dans la Révolution française, la participation active qu'elle a prise dans l'établissement et la défense de la République. Mais ils montrent aussi les faiblesses de l'organisation - notamment sous Vichy -, son antiféminisme et, parfois, la compromission de certains membres dans les scandales de la République. Sur un sujet qui a inspiré tant de fantasmes, ce livre servira de référence.

  • Escargots, tête de veau, beurre et fromages ne sont pas seulement des aliments. Ce sont aussi des nourritures spirituelles. Car, de l'Egypte à nos jours, pharaons, moines, gastronomes et hommes du peuple ont organisé soigneusement leur façon de manger. Ils ont cherché à garantir une production saine, afin de fournir les tables des familles et des princes. Il fallait assurer la survie. Puis nos cuisiniers historiques et les prêtres ont établi des rituels pour savoir dans quel ordre manger une viande ou un légume et surtout quand il fallait faire maigre. Progressivement, les sociétés ont transféré d'un continent à l'autre des mets délicieux et des techniques pour les accommoder. Depuis, des révolutions du goût sont en marche. Ce livre, rassemblant les contributions des meilleurs spécialistes d'histoire de la gastronomie, nous plonge donc au coeur de traditions culinaires parfois vieilles de plusieurs millénaires. Il révèle la gourmandise de leurs penseurs ainsi que les traces et les reliefs des anciens festins, afin de percer un mystère : ce que manger veut dire !

  • Aucune idéologie n'a suscité autant de controverses que le nazisme ; aujourd'hui encore, les meilleurs spécialistes débattent sur la part respective tenue par Hitler et ses hommes d'un côté, par la structure pyramidale d'un Etat totalitaire de l'autre. En décortiquant les principaux problèmes posés par l'expérience nazie - le rôle du chef, la formation des élites, la conquête du pouvoir, le complexe militaro-industriel, la logique guerrière, la politique raciale - ce livre fournit l'état le plus à jour de la question. Le talent pédagogique d'Edouard Husson permettra aux étudiants d'utiles mises au point, tandis que la vista et l'ampleur de vues de Ian Kershaw et de Saül Friedlander séduiront l'amateur cultivé.

  • Alors que la crise bat son plein en France, à la fois économique, politique et sociale, les idées semblent manquer pour en sortir. Pourtant, ce n'est pas la première fois qu'un pays, une société, voire une civilisation, traverse une période difficile. Les quatre cavaliers de l'apocalypse ont si souvent montré leur hideux visage : la maladie, la famine, la guerre, l'impérialisme n'ont jamais cessé. Ce livre revisite donc les grandes crises de l'histoire en insistant particulièrement sur les solutions imaginées pour les résoudre. Car les hommes ne sont pas restés passifs face à ces défis, et ils sont même souvent parvenus à les surmonter. Empruntant des exemples à Athènes, la Chine ancienne, l'Arabie du temps de la naissance de l'Islam, ou encore à la crise de 1929, sans oublier les chocs pétroliers, ce livre propose une véritable boîte à outils intellectuels. Une manière, en somme, d'interroger les meilleurs spécialistes de ces périodes, en gardant le regard tourné vers l'avenir.
    Avec les contributions de : Martin Aurell, Nicolas Baverez, Olivier Bouzy, Boris Bove, Pascal Buresi, Damien Chaussende, Daniel Cohen, Fabrice d'Almeida, Jean-Luc Domenach, David El-Kenz, Jean-Pierre Filiu, Serge Gruzinski, Jean-Clément Martin, Marylène Patou-Mathis, Pierre Milza, Laurent Neumann, Jean-Robert Pitte, Anne Rasmussen, Christelle Taraud, Giusto Traina, Nicolas Werth.

  • L'histoire du plaisir, des corps et des émotions est toujours sulfureuse. Elle touche aux mécanismes les plus importants de la vie en société. Pourtant les sciences humaines ont tardé à en prendre la mesure et à en questionner les aspects autres que ceux de la paternité et de l'héritage. Depuis vingt ans, le magazine l'Histoire contribue à rendre à l'amour et à la sexualité leurs lettres de noblesses intellectuelles. Il a invité les plus grands historiens à révéler les secrets intimes du monde occidental et à pénétrer les alcôves pour comprendre les métamorphoses des relations humaines depuis les origines bibliques. Perversions, amours conjugales, adultères, homosexualité, prescriptions et interdits, de Babylone à la révolution de la pilule, un aspect fondamental de notre culture est dévoilé. Ce livre est l'occasion de repenser les rapports entre femmes et hommes. À l'heure où l'homme, grâce au Viagra, n'est plus dépendant des aléas du désir, les enquêtes réunies ici pointent les alternances de rigueur morale et de libertinage et le poids que la religion fait encore peser sur le plaisir. Inédit.

empty