Camille Kuyu-Mwissa

  • Cet essai explique comment la chanson populaire congolaise véhicule des modèles de comportement et de conduite juridicisés et utilisés dans un contexte de pluralisme juridique, de crise sociale, politique et économique et, finalement, de recherche d'une innovation normative.

  • Dans l'Afrique d'aujourd'hui, on observe non seulement la permanence des coutumes ancestrales dans le quotidien des populations rurales et urbaines, mais aussi de nombreuses innovations... Il ne s'agit pas seulement de pratiques de contournement ou de détournement du Droit moderne, mais surtout d'alternatives qui se situent dans l'entre-deux. Les relations matrimoniales et les relations entre les sexes sont déterminées en particulier par de nouvelles logiques sociales. Dans un contexte de crise généralisée, la vie au quotidien se caractérise en effet par une modification des rôles au sein du couple. Si les statuts des époux restent inchangés, les rapports parents/enfants sont en revanche complètement bouleversés, la situation matérielle des parents entraînant souvent une déficience de l'autorité parentale. Dans le domaine de la parenté, l'émergence de nouvelles formes de sociabilité (le quartier, la rue, l'administration, la vie politique, le NMR...) engendre par ailleurs une néo-parenté primant parfois sur la parenté généalogique.


    Camille Kuyu est né à Léopoldville, dans l'ex-Congo belge. Docteur en droit, diplômé en philosophie et en science politique, il enseigne aux universités Paris I et Paris XI, ainsi qu'en Belgique, à la Katholieke Universiteit Brussel et aux Facultés Universitaires Saint-Louis. Outre ses activités d'enseignement et de recherche, il est consultant international, éditeur scientifique, et président de l'Académie africaine de théorie du Droit.

  • Les changements climatiques, longtemps contestés, sont aujourd'hui scientifiquement démontrés.
    Leurs conséquences sur notre environnement et notre qualité de vie commencent à peine à être connues.
    Les connaissances scientifiques s'organisent, mais des champs entiers d'investigation restent inexplorés. Des controverses existent sur les solutions à mettre en oeuvre. Des politiques publiques émergent au niveau des États et de la communauté internationale, mais sans commune mesure avec les enjeux soulevés.
    Cet ouvrage rassemble une trentaine contributions permettant de confronter les connaissances actuelles sur le droit en lien avec les changements climatiques et une réflexion stratégique sur leurs conséquences pour les populations et les réponses des acteurs sociaux et institutionnels. Il est articulé autour des thèmes suivants : Le droit du changement climatique : droit de l'adaptation et adaptation du droit, Les droits des migrants environnementaux : quels migrants pour quelle protection ? ; Le droit et la gestion du patrimoine ; Le droit de la mise en oeuvre du droit : responsabilités et effectivité du droit.

  • Au vu du constat d'un besoin urgent de repenser le droit africain, les chercheurs africains et africanistes dont les contributions sont réunies dans cet ouvrage ont non seulement voulu réfléchir sur les conditions d'une adéquation des normes du droit positif aux réalités sociologiques, mais aussi et surtout, comme le dit si bien Etienne Le Roy, sur les possibilités de fonder une modernité, qui ne soit pas le recopiage de l'Occident, mais le produit d'un génie proprement africain. Ce faisant, ils ont voulu promouvoir les solutions originales qu'exige le contexte africain en conciliant les meilleurs apports du passé africain et de la modernité avortée ou inachevée dans un contexte de postindépendance.

empty