le tourment de la guerre

À propos

J'ai vu sur nos écrans parader des meurtriers qui soignaient la mise en scène de l'horreur : bourreaux cagoulés de noir, futures victimes en tenue orange... Face à ces torrents de violence, saurons-nous rester droits, sans devenir nous-mêmes barbares ? Aurons-nous assez de cran et de calme pour regarder en face les monstres qui nous habitent ? La guerre est une prodigieuse énigme dont le feu, une fois encore, revient nous tourmenter." Mêlant sa propre histoire de fils d'officier et d'ancien reporter de guerre à son talent d'analyste, Jean-Claude Guillebaud se penche sur cette vérité encombrante, brutalement ressurgie du fond des ténèbres : l'homme a toujours fait et aimé faire la guerre. Convoquant ses souvenirs et ses lectures, retournant sur les lieux des grandes batailles, scrutant toutes les époques, il enquête sur cette effroyable passion qui nous fascine et nous répugne tout à la fois. Ce voyage au bout de la violence, comme un miroir qu'il nous tend, apporte un éclairage engagé et précieux sur les événements contemporains.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Thèmes et questions de société

  • EAN

    9791095438083

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    400 Pages

  • Poids

    2 909 Ko

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Editis

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

Jean-Claude Guillebaud

Jean-Claude Guillebaud est journaliste, essayiste et écrivain. Durant vingt ans, il a été journaliste de guerre, publiant notamment dans Le Nouvel Observateur, Le Monde et Sud-Ouest. Sa couverture de la guerre du Vietnam lui valut le prix Albert Londres en 1972. Directeur littéraire aux Éditions du Seuil de 1982 à 2010, où il s'occupait plus
particulièrement des publications en sciences humaines, il est maintenant éditeur aux Éditions Les Arènes. Sa notoriété actuelle est due à la publication d'une série de volumes où il analyse diverses facettes de la métamorphose culturelle en cours en Occident, et ce qu'il appelle le « désarroi contemporain ».

empty