Les Rêveries du promeneur solitaire

À propos

Édition enrichie (Introdution, notes, annexes, chronologie et bibliographie)Lorsqu'il commence à écrire les Rêveries à l'automne 1776, Rousseau est un vieil homme proche de la mort, presque pauvre, célèbre dans toute l'Europe et pourtant assuré que l'espèce humaine le rejette. Il continue cependant d'écrire et les Rêveries sont à ses yeux la suite des Confessions. Mais il ne s'agit plus désormais de raconter sa vie ni de s'expliquer aux autres pour dévoiler sa vraie nature. Dans une solitude propice à l'introspection, si des souvenirs épars remontent maintenant à sa mémoire, c'est pour lui-même qu'il les consigne en même temps qu'il cherche à se mieux connaître et réfléchir plus largement sur les ressorts de notre esprit humain.
Mais ces méditations sont aussi des promenades où la rêverie devient expansion de l'être, où le contact avec la nature est source de bonheur dans la pure conscience d'exister. Une nouvelle manière d'écrire s'inaugure donc, un libre parcours sans effort que la ligne mélodieuse d'une prose souvent poétique rend admirablement sensible. Ces Rêveries que Rousseau nous laisse lorsqu'il meurt à Ermenonville en juillet 1778, il se peut ainsi qu'elles ne nous soient pas adressées : elles nous sont en tout cas destinées.
Edition de Michèle Crogiez.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Jean-Jacques Rousseau

  • Éditeur

    Le Livre de Poche

  • Distributeur

    ePagine

  • Date de parution

    12/09/2001

  • Collection

    Classiques

  • EAN

    9782253093831

  • Disponibilité

    Disponible

  • Diffuseur

    Hachette

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

  • Version ePub

Navigation

Table des matières adaptable Un sommaire est présent dans le contenu du livre, ce qui permet de l'utiliser avec un affichage adapté.
Navigation logique La voix de synthèse lira les éléments dans un ordre logique déterminé par l'éditeur ou l'auteur.
Navigation logique entre les chapitres La structure du livre sera correctement interprétée par les dispositifs de lecture.

Jean-Jacques Rousseau

(1712-1778) Né à Genève, orphelin très tôt , il sera apprenti chez un greffier, puis chez un maître graveur. C'est le curé de Confignon qui l'adresse à une nouvelle catholique d'Annecy, Mme de Warens. Devenu précepteur, il retournera fréquemment aux Charmettes, près de Chambéry, chez celle qu'il appelle sa "maman".
A Paris, en 1741, il essaie d'exploiter l'invention d'un système de notation musicale et se lie avec Diderot et Mme d'Epinay. Il écrit pour l'Encyclopédie des articles sur la musique . En 1750, il répond au concours proposé par l'Académie de Dijon et en développant la thèse que le progrès est synonyme de corruption, il obtient le premier prix. Suit une autre "dissertation", le Discours sur l'origine de l'inégalité parmi les hommes, qui achève de le rendre célèbre.
L'Emile ayant été condamné par le Parlement de Paris, il s'enfuit en Suisse, puis sur le territoire de Neuchâtel, qui appartient au roi de Prusse. Après un passage dans l'île de Saint-Pierre du lac de Bienne, il gagne l'Angleterre (1765), appelé par le philosophe Hume. En proie à la manie de la persécution, il finira par rentrer à Paris.
Il achève les Confessions et les complète par les Rêveries d'un promeneur solitaire. En 1778, le marquis de Girardin lui offre l'hospitalité dans un pavillon de sa propriété d'Ermenonville, il y meurt subitement.
L'oeuvre de Rousseau s'inscrit contre la filiation nobiliaire et réveille cette inconnue de la vieille littérature: la sensibilité. Une sensibilité fondatrice de droits et de devoirs, sans laquelle le monde resterait vague.

empty