[eBook] Justine ou les fortunes de la vertu

Résumé

Découvrez un nouveau numéro en version numérique de la revue littéraire belge Marginales En ce samedi de juin 2003, ce rectangle de terre battue fut, pour des millions de spectateurs, beau comme une orange. Moins pour la poignée de privilégiés qui avaient trouvé place autour des terrains que pour les innombrables témoins massés devant leur écran. Premier renversement qu'illustre le phénomène : la vision médiatisée, désormais, l'emporte largement sur la vision immédiate. L'oeil humain a beau pouvoir balayer du regard, ajuster sa vue, préciser sa visée, il doit baisser les armes devant la captation ubiquitaire de la batterie de caméra orchestrée par une régie suprêmement maîtrisée. La télévision, reconnaissons-le, semble avoir été inventée pour être un prolongement du tennis... En quoi le court central de Roland-Garros était-il, ce jour-là, particulièrement électrisant ? Pas par son nom, même s'il ne manque pas d'aura, puisque le stade fut baptisé d'après le pilote qui le premier franchit la Méditerranée d'un coup d'aile, et dont Jean Cocteau fut, un temps, le compagnon de voltiges aériennes. Le poète adorait monter avec lui dans ces appareils de fortune qui, comme il disait, "avaient été fabriqués avec de vieux mouchoirs et de vieux porte-plumes". Mais si l'on devait interroger le public, Roland Garros passerait plutôt, à tort, pour le probable premier tennisman français. Des poèmes et nouvelles inspirés par la thématique du tennis avec des écrivains comme Vania Leturcq, Jean-Luc Outers ou encore Claude Javeau. À PROPOS DE LA REVUE Marginales est une revue belge fondée en 1945 par Albert Ayguesparse, un grand de la littérature belge, poète du réalisme social, romancier (citons notamment Simon-la-Bonté paru en 1965 chez Calmann-Lévy), écrivain engagé entre les deux guerres (proche notamment de Charles Plisnier), fondateur du Front de littérature de gauche (1934-1935). Comment douter, avec un tel fondateur, que Marginales se soit dès l'origine affirmé comme la voix de la littérature belge dans le concert social, la parole d'un esprit collectif qui est le fondement de toute revue littéraire, et particulièrement celle-ci, ce qui l'a conduite à s'ouvrir à des courants très divers et à donner aux auteurs belges la tribune qui leur manquait. Marginales, c'est d'abord 229 numéros jusqu'à son arrêt en 1991. C'est ensuite sept ans d'interruption et puis la renaissance en 1998 avec le n°230, sorti en pleine affaire Dutroux, dont l'évasion manquée avait bouleversé la Belgique et fourni son premier thème à la revue nouvelle formule. Marginales reprit ainsi son chemin par une publication régulière de 4 numéros par an. LES AUTEURS Jacques De Decker, Philippe Jones, Laurent Demoulin, Jean Jauniaux, Françoise Lison-Leroy, Yves Deleu, Roger Foulon, Alain Brezault, Monique Thomassettie, Jean-Luc Outers, Chantal Boedts, Jean-Pierre Orban, Jean-Pierre Dopagne, Huguette de Broqueville, André Delcourt, Michel Torrekens, François de Callataÿ, Vania Leturcq, Ludovic Flamant, Philippe-Louis Champbon et Claude Javeau.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN

    9770025293411

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    123 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    584 Ko

  • Distributeur

    Numilog

empty